NOS DÉFUNTS SONT-ILS NOS ANGES GARDIENS ?

NOS DÉFUNTS SONT-ILS NOS ANGES GARDIENS ?.

Lors d’une séance de voyance publique, des participants m’ont demandé si je croyais que nos proches une fois décédés pouvaient devenir nos anges gardiens, et ainsi veiller sur nous de l’au-delà.

En tant que médium (personne ayant la capacité de communiquer avec des défunts), c’est un sujet qui me fascine : la capacité de personnes décédées à intervenir sur l’existence des vivants.

Une consultante psychiatre me confiait récemment que confrontés à la mort d’un proche beaucoup de non-croyants (athées) se mettaient à croire soudainement à une vie après la mort (alors que la plupart des religions y croient par définition).

Penser que celui qui est décédé, et dont l’enveloppe charnelle est désormais absente, peut être présent à nos côtés, nous écouter, nous protéger, est pour beaucoup un réconfort salutaire.

Alors croire ou ne pas croire en ces présences mortuaires mais bénéfiques ?

Selon Wikipédia :
Un ange gardien est un terme utilisé pour désigner un ange assigné pour protéger et guider un ou plusieurs individus. La foi envers les anges gardiens peut être tracée depuis l'Antiquité. Le concept des anges protecteurs et leur hiérarchie s'est massivement développé dans les religions chrétiennes durant le ve siècle.

Ce n’est pas du tout le propos de mon article, ni le sens de la question qui m’a été posée lors de cette voyance publique. Je ne vais donc pas me hasarder à un cours de théologie mystique, mais plus simplement évoquer avec vous ce que je sais de nos défunts-anges gardiens.

Nombre de mes consultants abordent avec moi ce sujet. Commençant souvent timidement par un : « Vous allez me prendre pour un (une) fou (folle), mais depuis le décès de mon (ma)….j’ai de la chance….il y a eu des miracles…ça c’est enfin débloqué….j’ai échappé à…. ».

Je dis souvent qu’une fois décédés, nos proches ne sont pas investis de force d’une mission les obligeant à veiller non-stop sur nous. On ne devient pas en décédant un altruiste omniprésent et désintéressé.

Chaque défunt a droit au repos éternel et peut s’il le désire ne plus jamais avoir à faire avec les vivants. Leurs interventions sur Terre, auprès de ceux qui leur ont été chers de leur vivant, n’ont donc aucun caractère d’obligation.

Alors que se passe-t-il ? Qu’est-ce qui peut en convaincre certains d’intervenir ainsi auprès des vivants ?

Pour commencer, les morts sont (personnalité) dans l’au-delà tels qu’ils étaient sur Terre. Un égoïste reste égoïste, un généreux restera généreux.

Par contre, une fois décédés, nos proches acquièrent une connaissance sur notre vie qu’ils n’avaient pas toujours de leur vivant. Ils comprennent nos douleurs, nos souffrances, nos épreuves quotidiennes. Ils voient le mari qui trompe leur fille, ils voient l’accident de voiture qui risque de se produire, ils détectent le collègue de travail qui brigue une promotion à votre place….Ils ont ainsi un regard plus objectif sur notre passé, notre présent et notre avenir.

Et c’est cette connaissance qui fait interagir certains défunts dans notre vie. C’est plus fort qu’eux, il faut qu’ils interviennent, qu’ils nous sauvent, qu’ils nous aident, un peu comme un aimant les projetant sur Terre.

Je ne pense pas qu’il puisse par contre s’agir d’une présence constante. Même si cela peut sembler extrêmement rassurant pour les vivants, ces interventions « angéliques » sont la plupart du temps ponctuelles et liées à un événement dangereux, toxique ou dommageable. Et c’est ce qui les rend remarquables.

Alors nos défunts peuvent-ils parfois devenir de véritables anges-gardiens ?

Les récits qui vont suivre pourraient vous en convaincre.

Ma consultante habite une jolie maison en pleine campagne, dont elle a hérité au décès de son oncle. Elle est habituée des sites de rencontres sur internet et me questionne souvent au sujet des gens qu’elle y croise avec plus ou moins de bonheur. Elle étale ainsi leurs photos devant moi et me demande de réagir à froid sur ces profils virtuels. Un jour une des photos me glace le sang, je me mets à trembler d’effroi : « Je n’aime pas du tout cet homme, il est dangereux, n’allez surtout pas le rencontrer ! ». Elle me rétorque un :« c’est un célèbre ….. ! » (Sa profession) qui restera longtemps gravé dans ma mémoire, comme si le métier de cet homme l’exonérait d’être un criminel. Le temps passe, elle revient quelques mois après :« Je me suis désabonnée de ce site pourri ! Il y avait un serial killer parmi leurs abonnés, il a été arrêté par la police et ils n’en ont même pas parlé ! » Elle reprend son souffle : « Vous aviez raison au sujet de cet homme qui vous faisait si peur, mais ce n’est pas ça le plus dingue….Malgré vos conseils, très séduite par ce qu’il renvoyait, j’avais décidé de le rencontrer quand même, chez lui, près de la Tour Eiffel, il m’inspirait confiance…Mais au moment de partir à Paris, la porte d’entrée de la maison héritée de mon oncle n’a jamais voulu s’ouvrir, j’ai tout essayé, tirant presque à pieds joints sur le battant, rien n’y a fait, la porte est restée ainsi bloquée jusqu’à 23 heures, puis s’est soudainement rouverte comme par miracle. Je n’allais tout de même pas sortir par la fenêtre pour me rendre à ce rendez-vous ! ». Cet épisode étrange avait permis à cette femme d’échapper aux griffes d’un psychopathe qui tentait d’étrangler ses victimes après les avoir violées. Elle découvrit cette information dans la presse écrite et reste depuis convaincue que c’est son oncle défunt qui a condamné la porte de son ancienne maison et ainsi l’a sauvée.

Mon consultant vient de perdre son père et revient des obsèques qui ont eu lieu en province et à quelques centaines de kilomètres de son domicile. Il partage sa voiture avec son frère qui s’est endormi. Il fait nuit, il est en train de traverser un massif montagneux et la fatigue commence à se faire sentir auprès du conducteur. Soudainement, il entend la voix grave de son père : « Arrête toi tu es fatigué ! ». Il secoue son frère pour le réveiller : « Tu as entendu la voix de papa toi aussi ? » Non le frère dormait et n’avait donc rien entendu : « Tu veux pas que je prenne le volant ? Tu dois être crevé ! » Une voix grave s’élève entre eux : « Surtout pas ! Tu es encore plus imprudent que ton frère ! » Le conducteur pile la voiture :« Ah tu as entendu ce que je viens d’entendre ?? » Oui les 2 frères entendaient dorénavant la même voix, celle de leur père.
Après quelques minutes d’arrêt et leur père restant silencieux, ils reprirent la petite route de montagne à peine éclairée. Et le conducteur s’endormit au volant. Mon consultant me raconte avec les yeux écarquillés cet étrange épisode de sa vie : « Oui je me suis endormi au volant, j’étais exténué et j’étais pressé de rentrer chez moi, au chaud. Mais j’ai bien été réveillé je vous rassure ! Alors que la voiture était en train de partir vers le ravin, j’ai senti quelqu’un saisir le volant et le redresser : « Espèce de petit con, je t’avais dit de t’arrêter !!! » Et depuis les deux frères restent convaincus que c’est bien leur père qui après les avoir invectivés leur avait évité un accident de voiture, potentiellement mortel.

« Ma mère me manque. Elle adorait mon mari et prenait toujours sa défense. Elle me disait que si j’étais aussi jalouse c’était probablement à cause d’elle et de son expérience de femme trompée… » Souvent lors de nos séances de voyance, je m’étais d’ailleurs demandé si sa mère ne préférait pas son gendre à sa propre fille. Pour moi, le mari était depuis longtemps un infidèle notoire, mais devant le refus de cette femme à l’admettre, j’avais fini par ne même plus évoquer les infidélités à répétition, que fermement elle ne souhaitait pas connaître. Elle me demande d'entrer en communication avec sa mère défunte, s’attendant probablement à que celle-ci continue de défendre son gendre adoré becs et ongles. La mère se manifesta presque immédiatement : « Il faut que ma fille quitte enfin ce salaud ! » (Je reprends ses termes). Un peu surprise, je me demandai s’il ne s’agissait pas plus simplement de mes habituels ressentis au sujet de cet homme. Il n’en était rien. La mère défunte ayant pris conscience des mensonges de son gendre avait décidé d’ouvrir les yeux de sa fille autrefois rendue naïve par sa faute. « Donnez-lui ce code ! (à 4 chiffres). Cet imbécile l’utilise autant pour son téléphone que pour son ordinateur ! ». Je communique ce chiffre à ma consultante qui ne le note même pas croyant à une énième vision négative de ma part : « Je n’ai jamais compris pourquoi vous n’aimiez pas mon mari ! » Elle m’appelle quelques jours plus tard : « J’avais besoin d’entendre votre voix. J’ai peur. Ma mère me poursuit ! » J’essaie de la calmer :« C’est-à-dire ? Comment vous poursuit-elle ? ». Elle part un peu dans tous les sens :« J’étais assise dans la cuisine…L’ordinateur du bureau de mon mari s’est allumé…tout seul ! …Quelqu’un m’a poussée vers le clavier….Oh lala, j’en tremble encore…Et la voix de ma mère m’a ordonné de taper un code… J’ai bien reconnu sa voix, elle seule m’appelait « candychou » quand j’étais petite… Les mails de mon mari se sont tous ouverts en même temps...en grand…Ça clignotait de partout…Les messages de cette femme…et d’une autre… Les mots vulgaires de mon mari…J’ai cru m’évanouir… ». L’intervention de sa mère ne s’arrêta pas là, après l’avoir mise face à aux preuves de l’infidélité de l’époux, elle lui fit recroiser par hasard un amour de jeunesse, lui conseilla un avocat illustre qui pris de pitié refusa tous honoraires, elle trouva un appartement en plein Paris cinq fois moins cher que le prix du marché. Sa mère veilla ainsi sur sa fille quelques mois et la sachant enfin heureuse et hors de danger ne réapparut plus. Nous évoquons souvent cette histoire avec ma consultante qui depuis croit mordicus en la notion d’ange-gardien : « Je pense qu’arrivée dans l’au-delà, ma mère a dû avoir un sacré choc et s’en est voulue d’avoir de son vivant défendu ce misérable ! Elle s’est bien rattrapée après ! Sans sa mort, je serais encore dans le déni, malheureuse comme la pierre avec cet infidèle !».

C’est une des théories que je défends souvent auprès de mes consultants :
« Si les informations, sur ce qui peut vous ouvrir les yeux, doivent vous arriver, elles vous arriveront, et surtout si « là-haut » un de vos défunts considère qu’il est grand temps que vous sachiez ».

J’aurais encore beaucoup d’autres histoires sur ces voix, ou ces présences, sur ces défunts qui un jour ont tendu la main à un de leurs vivants, et sur ces moments exceptionnels où ce contact entre le Ciel et la Terre a pu empêcher le pire et produire un « miracle ».

C’est ce que le médium athée que je suis appelle nos défunts-anges-gardiens.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire